+33 (0)6 80 32 19 98 contact@synchronicites-conseil.com

La philosophie médicale ou de l’autre côté de la blouse blanche.

Alors que SynchroniCités propose un accompagnement des soignants, pour les soutenir dans un quotidien de plus en plus complexe, c’est avec joie et assiduité que nous suivrons les travaux de la première chaire de philosophie installée à l’Hôtel-Dieu.

Dirigée par la philosophe Cynthia Fleury, son enjeu sera de concourir à réinventer la relation au soin, à la maladie, à la vie et aux soignants.

Bien entendu, il ne s’agit pas de stigmatiser le corps médical mais de permettre à l’hôpital d’être aussi un espace de vie et de réflexion, d’entraide et d’itinérance, au service du soin.

Cette initiative renforce notre conviction et notre volonté d’accompagner les soignants pour faciliter leur quotidien et les relations avec leurs patients, notamment dans l’annonce d’une mauvaise nouvelle via une approche émotionnelle, via notre programme de formation « De l’autre côté de la blouse blanche ».

En effet, le temps manque, les dossiers s’accumulent et le soignant doit faire avec, de moins en moins de ressources humaines et matérielles et, de plus en plus d’enjeux sociaux-économiques.

Le soignant doit donc être encore plus performant pour atteindre ses objectifs tout en gardant du sens à son action et le soin de l’autre…

« On » lui demande une écoute active et empathique, de mettre en place une bonne alliance, de respecter le rythme et la volonté de son patient, de s’intéresser au sujet et non à l’objectif, de respecter et d’accueillir des émotions, de bien choisir ses mots…, de s’assurer de la bonne compréhension…, et cerise sur le gâteau, de guérir.

Sans compter qu’au-delà de toutes ces considérations absolument nécessaires, le contexte est que le patient qui se retrouve face à lui aurait préféré ne jamais rencontrer cette blouse blanche qui l’impressionne.

Nous voici donc entre un médecin, peu, voire pas formé à la relation et aux réactions émotionnelles brutes, qui souhaiterait ne pas avoir à verbaliser le message qu’il a à prononcer, et un patient, submergé, qui souhaiterait ne pas l’entendre.

Autant dire, une rencontre qui ne pourra être que mémorable et qui donne aussi le « La » d’un parcours de soins qui peut laisser des séquelles psychiques à l’un et à l’autre. Les situations de burn-out médicales étant malheureusement de plus en plus fréquentes.

C’est donc avec une grande joie que nous suivrons les travaux de la Chaire de philosophie de l’Hôtel-Dieu.

Plus que jamais, dans nos sociétés, l’hôpital, est le lieu où l’âme et le corps des individus disent leur vérité et la philosophie médicale apparaît être une ressource finalement essentielle et innovante pour éclairer cette relation aux bénéfices des soignés et des soignants.

Pour en savoir plus :
http://hotel-dieu.chaire-philo.fr/
Peut-on coacher les médecins ? Patricia Ferré, recherche appliquée, mémoire de certification HEC 2015